10 règles pour être un bon parent après le divorce

10 règles pour être un bon parent après le divorce

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi certains enfants de parents divorcés réussissent mieux que d’autres ? Le respect de ces dix règles de paternité après le divorce peut être un facteur déterminant de la réussite de vos enfants après un divorce. Le maintien de ces règles n’aidera pas seulement vos enfants, il vous aidera aussi.

Offrez à votre enfant le cadeau de ne pas avoir à choisir entre ses parents.

Le fait de demander aux enfants de se séparer de leurs parents aggrave la perte créée par le divorce. Le fait de leur permettre de maintenir un accès régulier aux deux groupes de grands-parents, oncles, tantes, cousins, cousines, etc. peut contribuer à l’estime de soi de l’enfant, ainsi qu’à son sentiment de sécurité et d’appartenance.

Lorsque les enfants reviennent d’une visite, que ce soit avec l’autre parent ou avec des parents, cela évite les questions de compétition. Chacun a quelque chose de différent à offrir et les enfants ont besoin de tout cela. Ils ont besoin du parent qui a plus d’argent, ainsi que du parent qui peut offrir plus d’amour. Ils ont besoin du parent qui est le meilleur pour les devoirs et de celui qui prépare les meilleurs spaghettis aux boulettes de viande.

Demander à un enfant de choisir un parent plutôt qu’un autre, soit explicitement, soit par des messages subtils, peut générer de l’anxiété et de la culpabilité. Ne pas savoir qui choisir crée de l’anxiété. Et aussi la peur de représailles de la part d’un parent méprisé. Être “infidèle” à un parent peut générer un sentiment de culpabilité énorme. Cela peut causer de la douleur et de la colère chez l’enfant en raison du choix difficile qu’on lui a demandé de faire. Certains enfants se déconnectent émotionnellement de leurs deux parents pour faire face à la décision qu’ils doivent prendre. Dans ce scénario, tout le monde est perdant.

  • Accepter que l’enfant bénéficie d’une relation avec ses deux parents (cela ne s’applique évidemment pas dans les cas où il y a un risque de préjudice ou d’abus). Dans cet article, nous supposons que si ce type de protection est nécessaire, elle a été obtenue devant les tribunaux.)
  • Permettez à l’enfant de profiter de ce que chaque parent a à offrir sans que l’enfant se sente coupable.

2. Abstenez-vous de dire du mal de votre ex devant votre enfant.

C’est tentant. Votre mariage n’a pas fonctionné comme vous le vouliez. Vous pouvez vous sentir blessé, déçu et en colère. Mais souviens-toi, vous êtes l’adulte. Les enfants doivent respecter leurs parents. Il les aide à respecter l’autorité en général et à développer l’estime de soi. Lorsque vous critiquez votre ex-conjoint, vous lui apprenez à être critique et à porter des jugements. Même si les commentaires sarcastiques, amers et nuisibles ont marqué votre mariage, débarrassez-vous d’eux dans votre réalité post-divorce.

Même si votre conjoint vous parle mal, ne répondez pas. Rien que cela diminue le niveau de respect de votre enfant à votre égard. Vous pouvez avoir l’impression que si vous ne vous “défendez” pas, votre enfant pensera pire de vous. Mais en réalité, ce sont les luttes incessantes qui minent le respect de votre enfant pour vous.

Il y a une autre raison égoïste de ne pas dire du mal de votre ex-conjoint. Si quelqu’un parle mal de quelqu’un que vous aimez, que faites-vous ? Généralement, vous courez pour le défendre, même si vous pensez que c’est mal. Lorsque vous attaquez votre ex, vous forcez votre enfant à le défendre, même si ce n’est que dans son esprit.

Un discours négatif mine la confiance de votre enfant en vous et en la personne dont vous parlez. Cela peut même affecter la capacité de votre enfant à faire confiance aux adultes en général. Veillez à ne pas transmettre à votre enfant le message que tous les membres du sexe de votre ex-conjoint sont mauvais, en particulier pour un enfant de ce sexe.

  • Protégez votre enfant de façon proactive afin qu’il n’ait pas à écouter des propos nuisibles.
  • Engagez-vous à respecter l’intérêt supérieur de votre enfant. Peu importe ce que fait ton ex.

3. Évitez les détails concernant votre enfant

Partager trop d’informations sur les difficultés de la vie ne fait qu’embrouiller et bouleverser l’enfant. Donner trop d’information à votre enfant peut être une façon subtile (ou moins subtile) de lui demander de l’aide. Au lieu d’entrer dans les détails sur le peu d’argent qu’il y a sur votre compte, tenez-vous en à un simple “maintenant, nous devons être intelligents sur la façon dont nous dépensons notre argent. En tant qu’adulte, nous devons trouver la meilleure façon de payer les factures. Même si cela signifie commencer à travailler, prendre un prêt ou demander à quelqu’un de vous aider financièrement jusqu’à ce que vous puissiez faire les changements nécessaires. Ce n’est pas la responsabilité de votre enfant.

Si vous leur donnez l’impression que vous ne pouvez pas les gérer, ils perdent leur sentiment de sécurité. Ils ont besoin que vous soyez là pour eux ; ne leur donnez pas l’impression qu’en plus de tout ce qu’ils traversent, ce sont eux qui doivent être là pour les adultes dans leur vie.

Prenez des précautions et lorsque vous appelez votre avocat ou un ami pour parler de votre ex, faites-le à un moment et à un endroit où vos enfants ne peuvent pas entendre. Epargnez à vos enfants les détails des difficultés que le divorce a créées. Ils ont leurs propres difficultés à surmonter. Lorsque vous vous défoulez, assurez-vous que vos enfants ne vous écoutent pas.

4. Ne faites pas de votre enfant le messager

Il y a beaucoup de médias pour les ex-partenaires. Certains choisissent de parler au téléphone, d’autres par texto ou par courriel, et d’autres encore communiquent par l’intermédiaire de leur avocat. Toutes ces méthodes fonctionnent. Mais utiliser les enfants comme “facteur” entre les deux parents ne fonctionne pas.

“Dis à ton père qu’on n’a rien à manger ! Dis à ta mère que moi non plus !”

Ce type d’échange transmet un message fort d’insécurité et de vulnérabilité aux enfants. Ils se demandent :

“Si aucune des deux personnes auxquelles je m’adresse pour mes besoins fondamentaux n’a quoi que ce soit, que va-t-il m’arriver ?”

Votre rôle en tant que parent est de protéger votre enfant, et non de le placer au milieu de deux parties en conflit. Les enfants ont beaucoup de difficulté à séparer les mots et les expressions faciales, et le fait qu’ils ne leur sont pas adressés, surtout s’ils sont adressés à quelqu’un qu’ils veulent.

Choisissez un mode de communication sain avec votre ex-conjoint qui ne maintient pas votre enfant au milieu. Faire du mal à votre conjoint ” à travers ” votre enfant n’est rien de plus que de faire du mal à votre enfant.

5. Lâchez votre ex-conjoint

Cela semble si évident. Vous avez divorcé. Le mariage est terminé. Certaines personnes qui ne peuvent pas vivre ensemble dans l’amour essaient de poursuivre la relation par la haine. L’un d’entre vous ou les deux avez renoncé au mariage. Si vous pensez que vous n’avez pas eu le choix dans la décision de divorce, posez-vous une question : ” Voulez-vous vraiment avoir une relation avec quelqu’un qui ne vous apprécie pas ou qui ne vous apprécie pas ? Plus vite vous supposez que la relation est terminée, plus vite vous pourrez vous débarrasser du besoin de souffrir. Certaines personnes croient à tort que si elles souffrent suffisamment, leur ex reviendra (et les sauvera). C’est un fantasme douloureux. Et même si ton ex revenait, ce n’est pas la bonne base pour une relation saine.

  • Acceptez votre divorce, mettez de côté le besoin de “retourner” voir votre ex.
  • Concentrez-vous sur la reconstruction de votre propre vie de façon saine et positive.

6. Définir les limites et les attentes de votre enfant

Limitez les comportements sains à la maison. Si vous n’êtes pas certain de la forme que devraient prendre ces limites dans votre cas particulier, demandez l’aide d’une personne qui est une autorité parentale compétente. N’ayez pas peur que si vous fixez des limites, l’enfant préférera être chez votre ex. Certains enfants sont des experts pour monter l’un contre l’autre les parents. Ne soyez pas la victime du jeu. Partagez vos attentes avec votre enfant au sujet du réveil, de l’école, des tâches ménagères, des couvre-feux, de l’heure du coucher. Et que vos attentes soient claires et raisonnables.

Les règles de votre maison peuvent être différentes de celles de la maison de votre ex. C’est très bien. “C’est comme ça que ton père ou ta mère décide de faire les choses. C’est là que nous faisons les choses différemment. Si vous êtes à l’aise avec les règles que vous établissez, vous augmentez la probabilité que votre enfant le soit aussi. Expliquez-lui que vous vous intéressez à ce qui est bon pour lui et que vous le faites uniquement parce que vous vous souciez de son bien-être.

  • Essayez d’atteindre l’équilibre. D’une part, vous voulez que votre enfant soit fonctionnel et responsable. En même temps, vous voulez encourager votre enfant à continuer à profiter de son enfance. Si votre enfant semble incapable d’en profiter ou si vous avez pitié de lui, parlez-en à un thérapeute qualifié.
  • N’ayez pas peur de fixer des limites qui reflètent les valeurs de votre maison.

7. Gardez les voies de communication ouvertes pour vos enfants.

Soyez là pour écouter. Ne jugez pas votre enfant et ne lui dites pas ce qu’il devrait ressentir. Valider ce qu’il ressent maintenant, tout en expliquant qu’il ne ressent pas toujours la même chose. Le temps change les choses. Faites savoir à votre enfant que vous êtes toujours là pour lui. Ne posez pas de questions qui obligeront votre enfant à pointer du doigt votre ex-conjoint. Demandez à votre enfant s’il préfère parler de ces difficultés avec un adulte impartial, comme un thérapeute ou un ami adulte de la famille.

Souvent, lorsqu’un mariage se désintègre, les enfants acquièrent la conviction que si seulement ils pouvaient être ” bons “, leurs parents resteraient ensemble. Pour ces enfants, l’échec du mariage est une confirmation qu’ils n’étaient pas ” assez bons “. Dites à votre enfant que le divorce n’était pas de sa faute. Même si votre enfant dit qu’il ne l’a jamais pensé, il sera rassurant pour lui d’entendre que vous ne le pensez pas.

Il se peut que votre enfant soit silencieux et qu’il ne veuille pas partager ses sentiments. Respectez-le. Si vous pensez que cela peut être associé à un manque de vocabulaire émotionnel, aidez votre enfant à le développer. Par exemple, lorsque vous lisez une histoire à votre enfant, profitez-en pour lui demander comment il se sent à différents moments du livre.

  • Soyez là pour écouter les émotions de votre enfant sans le juger.
  • Assurez-vous que votre enfant sache que le divorce n’était pas de sa faute.

8. Devenez une meilleure personne

Choisissez de façon proactive qui vous voulez être après le divorce. Fixez-vous des objectifs à court, moyen et long terme pour vous-même et votre famille. Le divorce crée la possibilité d’un nouveau départ. Laissez le passé derrière vous, et mettez fin à la culpabilité et aux plaintes. C’est fini. C’est fini. Seul “aujourd’hui” a un sens. Décidez qui vous voulez être, à partir d’aujourd’hui. De quoi avez-vous besoin pour y arriver ?

Faites appel à un thérapeute pour ne pas être tenté de laisser vos enfants occuper ce poste. Un bon thérapeute peut vous aider à comprendre ce qui s’est passé dans votre mariage et après. Le divorce est une perte qu’il faut pleurer. Respectez le fait que votre perte est différente de celle de vos enfants. Donnez l’exemple qu’il est acceptable de demander de l’aide pour parler de problèmes. Lorsque vous faites face à vos sentiments difficiles et que vous les surmontez, vous pouvez devenir une meilleure personne à partir de cette expérience.

Être une meilleure personne, c’est mettre la concurrence de côté. Le jeu compétitif est un jeu dans lequel tout le monde perd. Ce qui restera à jamais gravé dans la mémoire de vos enfants ne sera pas celui qui leur a apporté le plus de jouets, mais celui qui avait les valeurs qu’ils pouvaient respecter. Souciez-vous suffisamment d’eux pour les guider sur le chemin de la réussite dans la vie. Vos enfants ont besoin de vous – de votre temps, de votre attention, de votre compréhension et de votre motivation. Comprenez que quoi que vous fassiez qui blesse l’autre parent fera du mal à votre enfant aussi. Limitez ce que vous êtes prêt à faire pour acquérir son amour et sa loyauté.

Décidez qui vous voulez être dans votre réalité post-divorce. Créez une carte pour vous y rendre.

9. Créer de la sécurité pour votre enfant

Peu importe la fréquence à laquelle vous voyez vos enfants, faites de votre maison un endroit sûr. Votre maison devrait être un endroit où les enfants sont respectés, pris en charge, aimés et acceptés, et où l’on leur enseigne la responsabilité. Peu importe ce qui se passe dans la maison de ton ex. En fait, si vous sentez qu’il n’y a aucun sentiment de sécurité dans la maison de votre ex, la sécurité que vous créez sera beaucoup plus importante.

Soyez responsable. Présentez vos excuses lorsque vous blessez votre enfant. Il vaut mieux ne pas s’engager dans quelque chose que vous ne pourrez pas faire, car cela mine la confiance.

C’est la responsabilité des parents de s’assurer qu’il y a à manger dans la maison. Un enfant qui n’a pas de quoi manger ne peut pas se concentrer à l’école. Les parents ont pour tâche de créer une structure de propreté et d’ordre à la maison. Un enfant qui ne trouve pas ses chaussures dans le mess aura de la difficulté à se rendre à l’école à l’heure. Un enfant qui n’a pas d’horaire de sommeil aura une bataille difficile avec les activités du lendemain.

  • La sécurité, c’est faire preuve de respect, d’amour et d’acceptation envers votre enfant.
  • Un foyer sûr signifie fournir de la nourriture, un abri et une structure à votre enfant.

10. Apprenez-leur à résister

La résilience est l’un des cadeaux les plus précieux qu’un parent puisse offrir à un enfant. Montrez à votre enfant que même lorsque les choses deviennent difficiles, vous et votre enfant pouvez surmonter les difficultés sans vous effondrer. Apprenez à votre enfant que tout arrive pour une raison. Comme le dit le proverbe, “il n’y a pas de mal à ne pas venir. Développez votre capacité et la leur de voir le côté positif des choses dans tout ce qui se passe. Vous devez croire que cette expérience, comme tout test, est une opportunité de croissance. Montrez-lui par votre exemple comment transformer un moment difficile en outil d’avancement plutôt qu’en obstacle. Faites preuve de patience, de souplesse et d’acceptation. Encouragez-le à faire de petits pas de croissance.

Aidez vos enfants à développer leur résilience en restant en contact avec leur famille et leurs amis. Trouvez-leur un grand frère qui est là pour eux. Encouragez votre enfant à faire des choses qui l’aident à se sentir comblé. Encouragez-le à connaître ses forces et à les développer. Utilisez un langage plein d’espoir, parlez de sens. Quand on pense pouvoir faire quelque chose, on le fait. Parlez-lui dans un langage positif. Votre foi en un avenir meilleur peut vous aider, vous et votre enfant, à en avoir un.

  • Aidez votre enfant à développer une résilience qui l’accompagne tout au long de sa vie.
  • Cherchez un sens. Parlez un langage d’espoir.
Mes conseils :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici