SantéBien-êtreLes bienfaits de l'ostéopathie sur les bébés

Les bienfaits de l’ostéopathie sur les bébés

On connait souvent l’ostéopathie par le prisme des sportifs de haut niveau, qui consultent leur ostéo pour préparer leur corps aux épreuves physiques qui les attendent ou pour soulager des douleurs après des entraînements intensifs. Mais savez-vous que l’ostéopathie, loin d’être réservée aux grands adeptes du sport (ou à la prise en charge d’un mal de dos) peut aussi faire du bien aux bébés ? Zoom sur les bienfaits de l’ostéopathie pour votre jeune enfant ! 

Pourquoi aller voir un ostéopathe pour bébé ?

Pourquoi aller voir un ostéopathe pour bébé ?
 Source : Dmitry Naumov / Shutterstock

Mettons d’abord quelques petits points au clair. L’ostéopathie, c’est une profession réglementée, reconnue en France depuis 2002, qui ne peut être exercée qu’après avoir obtenu un diplôme d’ostéopathe, lui-même délivré à l’issue de 5 ans d’études dans un établissement agréé par l’État. Un ostéopathe n’est ni un médecin, ni un kinésithérapeute (même si rien n’empêche d’être médecin et ostéo, ou kinésithérapeute et ostéopathe par exemple, ces deux métiers reposant d’ailleurs sur la manipulation du corps du patient) : l’ostéopathie est bien une profession à part entière, avec des compétences spécifiques. Cela signifie aussi qu’un ostéopathe (s’il n’est pas également médecin) ne pourra ni prescrire des médicaments, ni poser un diagnostic médical. Par contre, un ostéo contribue bien évidemment à la bonne santé des personnes qui viennent le consulter, et ce par la manipulation manuelle du corps (c’est ainsi qu’il soulage les grands sportifs et les maux de dos). Un ostéo, finalement, comme le dit l’OMS (l’Organisation Mondiale de la Santé), utilise de nombreuses techniques thérapeutiques manuelles pour « améliorer les fonctions physiologiques et/ou soutenir l’homéostasie (l’équilibre) altérée par des dysfonctionnements somatiques ». 

Revenons à l’ostéopathie pour les bébés. Il est encore peu fréquent d’aller consulter de son propre chef un ostéopathe pour son bébé : pourtant, cette approche peut faire beaucoup de bien à un nouveau-né, dont le corps a été soumis à rude épreuve lors de l’accouchement et pour lequel les premiers mois de la vie peuvent être difficiles, en raison de douleurs ou de petits désagréments (le RGO, par exemple). Un ostéo va manipuler (évidemment, tout doucement, et sans faire « craquer ») votre bébé : son but, c’est de débloquer les tensions, d’aider le jeune enfant à détendre des zones qui pourraient être trop tendues (ce qui provoque des douleurs et des dysfonctionnements), de repositionner des articulations légèrement déplacées, d’aider la tête (dont le crâne est mou) à être bien ronde, etc. On consultera donc un ostéopathe pour faire du bien à son bébé, surtout si le médecin pédiatre a diagnostiqué une absence de maladie organique expliquant les pleurs et les cris de bébé et qu’il faut donc surtout prendre du temps avec lui pour le rassurer et le détendre. 

Quand consulter un ostéopathe pour bébé ?

Quand consulter un ostéopathe pour bébé ?
Source : Pixel-Shot / Shutterstock

Comme un ostéo manipule le petit corps de bébé pour le débloquer et lui faire du bien, il y a de nombreux cas dans lesquels son intervention peut être bénéfique. Il arrive qu’un médecin pédiatre vous oriente, parents, vers une consultation en ostéopathie pour le nouveau-né : c’est le cas si votre enfant a subi des petites déformations lors de sa venue au monde, qu’il a la tête un petit peu plate ou que la cage thoracique risque d’avoir été un peu comprimée par un long travail lors de l’accouchement, par exemple. L’ostéopathie intervient souvent en complément d’autres professionnels (le médecin pédiatre, le kinésithérapeute, la sage-femme…) dans une approche pluridisciplinaire.

Mais en réalité, vous pouvez solliciter vous-même un ostéo, de préférence spécialisé dans les jeunes enfants, et ce dès que votre bébé semble présenter des douleurs que vous ne vous expliquez pas, ou dès que vous avez besoin d’être rassuré sur le bien-être de votre nouveau-né. Sachez que toute consultation avec ce professionnel commencera par une discussion, où vous parlerez de votre bébé et de ses comportements : cela permettra à l’ostéo de comprendre sur quoi il doit travailler avec le nouveau-né, ce qu’il doit chercher à débloquer, et de vous dire si c’est bien de son ressort – vous ne prenez donc aucun risque à lui amener votre bébé.

Vous pouvez aller consulter un ostéo dès les premiers mois après la naissance de votre bébé :

  • En cas de RGO chez votre enfant (reflux gastro-œsophagien), de vomissements à répétition et de tout trouble digestif qui ne viendrait pas d’une maladie ou d’une malformation.
  • En cas de posture anormale chez votre bébé, de suspicion d’un retard psychomoteur (si votre bébé semble un peu mou au niveau de la tenue de la tête ou de ses gestes, par exemple, ou qu’il tourne toujours la tête dans le même sens).
  • Si votre bébé a du mal à s’alimenter, à téter, qu’il pleure au moment de manger.
  • En cas d’apnée du sommeil chez bébé, ou plus largement de troubles du sommeil.
  • Si votre bébé pleure beaucoup, apparemment sans raison, s’il est très nerveux ou au contraire très apathique, s’il semble avoir peur.
  • Si votre bébé était un petit prématuré.
  • Et, évidemment, si le médecin pédiatre vous le recommande.

Est-ce que l’ostéopathie est remboursée ?

Est-ce que l'ostéopathie est remboursée ?
Source : magicoven/ Shutterstock

L’ostéopathie n’est pas remboursée par la Sécurité sociale : cela signifie que l’assurance maladie ne prend pas du tout en charge la consultation chez l’ostéopathe, ni en avançant les frais, ni en remboursant une partie. 

Par contre, certaines mutuelles participent à la prise en charge de l’ostéopathie. Par exemple, la séance d’ostéopathie est remboursée par la mutuelle santé Groupama : si vous attendez un bébé, on vous conseille donc de vérifier votre contrat de complémentaire santé ou de choisir une mutuelle qui allègera le coût de ce type de consultation, dont il serait dommage de priver votre bébé !   

Source image de couverture : Mahony / Shutterstock