Vie de familleCongé Parental à l'Étranger : ce que la France pourrait apprendre

Congé Parental à l’Étranger : ce que la France pourrait apprendre

Entre congé paternité et congé parental, les conditions d’attribution et d’indemnisation ne sont pas les mêmes selon les pays. Où se situe la France par rapport à ses voisins ? C’est ce que nous allons découvrir tout de suite.

La différence de congés de paternité selon les pays

En France

En France
Image par Edi Nugraha de Pixabay 

Le Congé de Paternité en France évolue dès le 1er juillet 2021 : 7 jours de congés obligatoires sont à prendre à la naissance de son enfant, puis 21 jours supplémentaires peuvent être pris à la suite ou dans un délai de 4 mois suivant l’accouchement de la maman, soit 28 jours au total. En cas de naissance multiple, 7 jours supplémentaires viennent compléter ce congé.

Salarié ou au chômage, selon certaines conditions, le salarié peut être le père biologique ou le conjoint de la maman.

L’indemnisation du congé paternité (hors conventions collectives spécifiques à l’entreprise) est prise en charge par la Caisse d’Assurance Maladie. Versées tous les 14 jours, les indemnités journalières (IJ) sont au minimum de 9,63€ et au maximum de 89,03€ par jour et plafonnées par la Sécurité Sociale (3 428€ par mois en 2020).

En Belgique

En Belgique
Image par Jochen Schaft de Pixabay 

Le congé paternité belge permet aux salariés du secteur public et privé (sauf travailleurs indépendants et bénévoles), en temps complet ou temps partiel, de bénéficier de 10 jours à prendre dans un délai de 4 mois après la naissance de leur enfant. Sa durée n’est pas prolongée en cas de naissance multiple.

Conservant un salaire intégral (à la charge de leur employeur) les 3 premiers jours, une allocation équivalente à 82% du salaire brut sera versée au salarié par les assurances et mutuelles pour les 7 jours suivants. 

Les parents belges peuvent également prendre un congé parental jusqu’aux 12 ans de leur enfant et recevoir une allocation versée par l’ONEM et cesser complètement leur activité durant 4 mois ou réduire leur temps de travail à un mi-temps durant 8 mois ou encore à 1/5 – temps pendant 20 mois.

En Suède

En Suède
Image par Tommy Takacs de Pixabay 

En Suède, il n’existe que le congé parental, sans distinction pour le père ou la mère. Celui-ci est d’une durée exceptionnelle : 480 jours (16 mois) à se partager dont 3 mois chacun. Les 10 mois suivants sont à répartir entre les deux parents, sans aucune obligation cependant. Six mois sont ajoutés au congé parental par enfant en cas de naissance multiple.

Concernant l’indemnisation, les parents suédois sont financés par l’État à hauteur de 80% de leur salaire durant les 13 premiers mois. Ils perçoivent environ 17€ par jour les 3 derniers mois, quel que soit le montant de leur salaire. De plus, il est possible pour les suédois de fractionner leur congé et de ne poser que 5 jours par semaine par exemple afin de prendre leurs autres congés plus tard.

En Allemagne

En Allemagne
Image par liggraphy de Pixabay 

En Allemagne, il n’existe que le congé parental qui est d’une durée de 14 mois à partager avec la mère. Dans les entreprises de plus de 15 salariés, un salarié peut choisir de travailler à temps partiel (jusqu’à 30 heures par semaine) s’il est employé dans son entreprise depuis plus de 6 mois et sans interruption, à la date du début de son congé.

Les parents en congé parental sont indemnisés à hauteur de 65 à 67% de leur salaire net, plafonné à 1 800€ par mois. Une majoration de 10% s’ajoute par enfant de moins 6 ans domicilié dans la même habitation.

Une allocation de naissance est également versée par la caisse d’assurance maladie, soit environ 13€ par jour dès la 6ème semaine prénatale et jusqu’à la 8ème semaine postnatale.

En Espagne

En Espagne
Image par Walkerssk de Pixabay 

En Espagne, la durée du congé paternité est en train d’évoluer. Avant 2019, les pères salariés bénéficiaient de 5 semaines de congés. Dès le 1er avril 2019, la durée du congé paternité a été prolongée jusqu’à 8 semaines, puis 12 semaines en 2020. D’ici 2021, le congé paternité s’étendra dorénavant à 16 semaines, soit la même durée que le congé maternité.

Deux semaines étant à prendre obligatoirement à la suite de la naissance de son enfant, le reste du congé peut être fractionné (ou non) et pris plus tard jusqu’à son premier anniversaire.

Les espagnols sont indemnisés à 100% toute la durée de leur congé. Cependant, si l’intégralité du congé n’est pas pris par le père, celui-ci sera perdu car non transférable à la maman.

En Australie

En Australie
Image par Patty Jansen de Pixabay 

Il existe 2 options pour prendre un congé parental en Australie :

  • congé paternité : d’une durée de 2 semaines, l’employé sera rémunéré au salaire minimum directement par l’État australien s’il est : le père biologique de l’enfant ou son père adoptif ; le compagnon d’un parent biologique ou adoptif ; la personne en charge d’un enfant né par gestation d’autrui ;
  • congé parental non rémunéré : d’une durée de 12 mois, ce congé peut être prolongé jusqu’à 24 mois si un seul des 2 parents décide de le prendre et avec l’accord de l’employeur. Le congé parental est ouvert à tous les travailleurs australiens ayant eu une activité professionnelle d’au moins 12 mois d’affilée avec leur employeur actuel.

Sachez qu’un père salarié peut choisir de ne prendre qu’un seul de ces 2 congés ou bien les 2, ou encore, aucun des 2.

Au Canada

Au Canada
Image par My pictures are CC0. When doing composings: de Pixabay 

Le congé paternité au Canada ne concerne que le père biologique de l’enfant, qu’il soit salarié ou travailleur indépendant. D’une durée de 5 semaines consécutives, le père salarié peut choisir de le prendre entre la semaine de la naissance de son enfant et jusqu’à la 52ème semaine après l’accouchement.

Congé non rémunéré, des prestations familiales spécifiques peuvent être octroyées selon certaines conditions.

Un congé parental pour la mère ou le père (ou partagé entre les 2) peut s’ajouter au congé paternité. Sa durée maximale est de 52 semaines sans interruption, à prendre la semaine suivant la naissance de son enfant. Lui non plus n’étant pas rémunéré, des prestations parentales sont aussi envisageables.

Image de couverture par Free-Photos de Pixabay